2ème Forum du PRES : « En route, ensemble, vers une Grande Université Bourgogne Franche-Comté » - PRES Bourgogne / Franche-Comté
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  

	
	
  
  	


	

Aller au contenu  Aller au menu principal 

2ème Forum du PRES : « En route, ensemble, vers une Grande Université Bourgogne Franche-Comté »

Vendredi 25 novembre dernier, s’est tenu à Besançon le 2ème Forum du PRES Bourgogne Franche-Comté consacré au devenir de l’Université Fédérale. Ce sont ainsi près de 400 personnes (enseignants, chercheurs, personnels Biatoss et étudiants) issues des 4 établissements membres de l’association « Université Fédérale Bourgogne Franche-Comté » (Université de Bourgogne, Université de Franche-Comté, Agrosup Dijon et ENSMM), qui ont participé à cette journée de débat consacrée à la construction d'une grande université Bourgogne Franche-Comté.


Le chemin déjà parcouru
Dès 2007 une convention signée entre l’Université de Bourgogne et celle de Franche-Comté a permis d'engager un travail de rapprochement des deux universités, puis avec les deux écoles Agrosup et l'Ensmm, démarche intensifiée récemment avec la préparation du contrat d'établissement qui permet en 2012 de porter 50 formations co-habilitées, 3 écoles doctorales communes et une politique scientifique coordonnée.
Le 1er Forum du PRES, en juin 2009, avait permis d'une part la création du PRES sous forme de Fondation de Coopération Scientifique, et d'autre part d'initier le projet d'Université Fédérale en confiant à l'association de préfiguration le soin de « préparer la construction d'un établissement universitaire inter-régional Bourgogne Franche-Comté » (article 2 des statuts de l’association).

La Fondation de Coopération Scientifique du PRES
Créée en décembre 2010, elle a été fondée par les Universités de Bourgogne et de Franche-Comté, les écoles rattachées (Agrosup Dijon, ENSMM), l'UTBM, des acteurs de la santé (CHU de Dijon, CHU de Besançon, Etablissement Français du Sang, Centre de Lutte contre le Cancer CGFL), et associe des organismes de recherche (CNRS et INSERM), d'autres établissements (ESC Dijon, Arts et métiers Cluny), les collectivités territoriales, les pôles de compétitivité et des entreprises.

Aujourd'hui en place, dotée de plus de 8M€ des fondateurs, de l'Etat, des collectivités, et des entreprises, la fondation du PRES porte des projets innovants et ambitieux pour la recherche, la formation et le développement des territoires. La dynamique portée par le PRES a ainsi permis de spécifier les forces scientifiques qui l’identifient dans le paysage national et constituent un facteur d'attractivité, au niveau national et international, de développement et d'entrainement pour la recherche comme pour les formations.

Le 2ème forum du PRES :
« Une étape historique pour l’avenir de nos établissements »

C’est ainsi que Claude Condé, Président de l’Université de Franche-Comté a ouvert ce deuxième Forum du PRES. Une séance plénière, pilotée par les  présidents d'université , a permis d’aborder les différents scénarii possibles sur la forme à donner à un ensemble universitaire inter-régional unique (université fusionnée type LRU, Grand établissement, Etablissement expérimental).
Ont ensuite eu lieu des ateliers thématiques autour de sujets concrets liés aux formations co-habilitées et aux politiques transversales, à la recherche, aux écoles doctorales et relations internationales, mais également à la gouvernance et la structuration de la future « Université Fédérale ».

« Construire ensemble une grande université Bourgogne Franche-Comté »
Après une journée de débat et de travail, la communauté a clairement exprimé son souhait de voir se construire rapidement une université unique, fondée sur les principes de la subsidiarité, dans le respect d'une autonomie et des spécificités de ses membres et composantes, sur le principe de la proximité et de l'ancrage territorial, et de l'unité des missions universitaires et de la politique menée.

Définir les statuts
L'étude des différents scénarii a conduit à retenir l'hypothèse d'un grand établissement.  La définition des statuts sera l'un des premiers chantiers ouverts.  "Nous travaillons sur le principe de l'union" précise Sophie Béjean. "Les statuts doivent instiller le fédéralisme comme principe fondateur de cette université" pour Claude Condé, "c'est quelque chose que nous savons faire, au sein des universités nous avons déjà des IUT, des écoles, qui conservent une forme d'autonomie et leur marque".

Le respect de la spécificité des acteurs
Ce sont notamment les directeurs d’écoles qui ont souligné la nécessité pour eux de garder dans ce projet « leur identité, et surtout de pouvoir continuer à afficher leur marque », explique Bernard Cretin, Directeur de l’ENSMM. Ce point de vue est aussi celui de Claude Bernhard, Directeur d’AgroSup Dijon qui précise « clairement inscrit dans une politique de site, AgroSup Dijon a vocation à préserver son autonomie, et sa double tutelle du  ministère l'agriculture et de celui de l’enseignement supérieur et de la recherche. Elle a aussi à porter sa marque très lisible dans le domaine clé de l’agronomie et de l’alimentation ».  « Ce sera chose faite dans ce projet fédéral, car la notion de fédéralisme à un sens en matière de respect des identités, ce sera le cas aussi pour l’UTBM si elle acceptait de rejoindre ce projet » indique Claude Condé.

« Une attente forte des communautés »
« Les débats ont été riches et fructueux et la communauté des établissements a exprimé une
attente forte pour que la réunion de nos établissements soit clairement mise en perspective dans
un avenir proche » souligne Sophie Béjean, Présidente de l’Université de Bourgogne.
Comme c’est le cas depuis le début de la construction du PRES Bourgogne Franche?Comté, ses
membres ont à la fois été tenus informés et ont fait délibérer leurs instances à toutes les étapes
décisives de construction. Des réunions d’information, d’échanges et de débats ont également
été régulièrement organisées par chaque établissement.
Les conclusions de cette journée sont claires et la feuille de route est tracée :

  • établir les convergences entre les établissements,
  • définir les règles de l’union,
  • s’assurer de l’adhésion de la communauté.


Pour Sophie Béjean « la mise en oeuvre de ce chantier et la nécessité de réunir ces conditions qui
déterminera le calendrier de mise en place de ce futur établissement."
La construction de cette grande université devra associer pleinement les communautés des
quatre établissements membres. Pour ce faire, un comité de pilotage et des groupes projets
seront mis en place dès le début de l’année 2012, pour faire émerger des propositions précises
de gouvernance et d’organisation pour une première rentrée commune envisagée d'ici la fin du
prochain contrat quinquennal, conformément aux objectifs que s’est donnée l’association de
préfiguration « Université Fédérale Bourgogne Franche?Comté » (article 3 des statuts de
l’association).

Une démarche remarquée au niveau national
Cette structuration est l’aboutissement d’une dynamique initiée de longue date par les quatre
établissements, a été saluée au niveau national par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et
de la Recherche et le Commissariat général aux Investissements d’Avenir. En effet, dès la
première candidature du PRES Bourgogne Franche?Comté à l’Initiative d’Excellence, « nous
avions déjà avancé l’idée d’une structure fédérative, tout le monde est aujourd’hui d’accord pour
aller vers un seul établissement, une seule entité juridique au lieu des quatre organismes
représentés dans ce forum» précise Claude Condé, Président de l’Université de Franche?Comté.
Ce projet devra être approuvé formellement par l’ensemble des membres. Sophie Béjean
complète « notre projet a commencé à faire entendre sa voix et sa singularité au plan national, à
nous tous maintenant de la faire vivre et de la mettre en place concrètement, ensemble ».

Documents liés au forum :
> Synthèse du deuxième forum du PRES
> L'université fédérale en devenir

Voir aussi Humanticipation

humanticipation